• GREVE A CAMAIEU DEPUIS LE 04 JANVIER 2011

    Regarder la REDIFUSSION DE LA TELEVISION :

    http://www.grandlille.tv/

    le 05 janvier 2011

     

    http://nord-pas-de-calais.france3.fr/info/lille-metropole/

    aller voir sur lille metrepole dun 04 janvier 2011

     

    Accueil» Edition Roubaix» Actualité Roubaix»

    Grève chez Camaïeu : « On tiendra jusqu'à obtenir satisfaction »

    • Actualité Roubaix

     

     

    ·Grève chez Camaïeu : « On tiendra jusqu'à obtenir satisfaction »

    • jeudi 06.01.2011, 05:13 - La Voix du Nord
    •  

     

     

     

    • Hier après-midi, sur le piquet de grève qui bloque l'accès à l'entrepôt roubaisien de Camaïeu.

    ·|  ACTUALITÉ SOCIALE |

    • La grève débutée mardi matin, chez Camaïeu à Roubaix, a été reconduite hier. ...
    • Le piquet de grève a été maintenu durant toute la nuit de mardi à mercredi, et il était toujours en place hier après-midi. Sur place, les grévistes se relayent pour barrer la route et interdire ainsi l'accès à l'entrepôt.
    • http://memorix.sdv.fr/5/www.lavoixdunord.fr/infoslocales/roub_articles/1732290973/Position1/SDV_LVDN/default/empty.gif/574b476d47303048716d344142626a71?
    • « On a un stock de pneus, des palettes, tout ce qu'il faut », détaille Thierry Siwik, délégué CGT. Sur place, les grévistes alimentent régulièrement le feu et ont installé une grande tente, signe qu'ils ne sont pas près de lâcher : « On tiendra jusqu'à obtenir satisfaction », confirme Thierry Siwik, au nom de l'intersyndicale CGT-FO-CFDT qui a lancé le mouvement, après déjà plusieurs débrayages opérés ces derniers mois en guise d'avertissement à la direction.
    • Les salariés réclament des augmentations de salaires d'au moins 150 euros par mois, ainsi qu'une centaine d'embauches. Les syndicats ont bien sûr demandé officiellement à être reçus par la direction pour négocier, mais n'avaient pas encore eu de réponse hier après-midi. Elle est arrivée hier soir, sous la forme d'une assignation en justice pour entrave, adressée aux grévistes. Ils devront se présenter au tribunal de Lille ce matin à 11 h.
    • Mais selon la CGT, le nombre de grévistes a augmenté hier, pour atteindre une cinquantaine d'employés de l'entrepôt. Et dans les bureaux ? « On a essayé de les motiver, ils nous soutiennent mais pour eux, c'est visiblement plus difficile de se mettre en grève. » • W. H.

    ROUBAIX / ROUBAIX

    Camaïeu : débrayage avant une grève ?

    Publié le mercredi 27 octobre 2010 à 06h00

    Hier matin, devant les grilles de Camaïeu aux Trois Ponts à Roubaix, des employés mécontents.

     

     

    Hier matin, une petite quarantaine de salariés de l'entreprise roubaisienne Camaïeu a débrayé une heure. Ils demandent des embauches et une augmentation de salaires. Mais les syndicats n'ont pas pu rencontrer le pdg.




    L'intersyndicale (CGT-FO-CFDT) avait déjà appelé à un débrayage voici quelques semaines. Sans grand succès. Hier matin, une petite quarantaine d'employés a répondu à un nouveau débrayage. « On sent un ras-le-bol dans l'entreprise » , assure Sheriff Lebgaa, représentant FO. Un mécontentement qui monte ? « Quand on voit que notre ancien président du directoire, Jean-François Duprez, a touché 23 millions d'euros au titre de la vente de ses stock-options et que les actionnaires se sont attribué 50 millions d'euros de dividendes en 2009, alors que la moyenne des salaires à l'entrepôt est d'environ 1 000 E voire 1 100 E pour des salariés qui ont plus de 15 ans de boîtes, que dire ? », ajoute-t-il. Hier matin devant le siège de Camaïeu, les syndicats ont rappelé leurs revendications : une augmentation de 150 E nets mensuelle pour tous les salariés (magasins et siège), l'embauche de 50 intérimaires en CDI à l'entrepôt et 100 CDI en magasins. Selon les syndicats, l'entreprise embaucherait de manière constante quelque 200 intérimaires, « et même en période basse, il y a des intérimaires », ajoute un salarié. Dans les magasins aussi les syndicats assurent que les effectifs sont réduits. « Et pourtant, Camaïeu ouvre près d'une centaine de boutiques par an contre 5 à 6 fermetures ! », assure Thierry Siwik, secrétaire CGT. Hier, les syndicats n'ont pas pu rencontrer le PDG. Ils ont eu un entretien avec le directeur de l'entrepôt.
    « Mais, si d'ici 15 jours nous n'avons pas de nouvelles de la direction, nous appellerons à la grève », conclut l'intersyndicale.

    http://memorix.sdv.fr/5/www.nordeclair.fr/infoslocales_articles/1843503616/Position1/SDV_LVDN/default/empty.gif/574b476d47303048716d344142626a71?