• La CGT appel à témoins

    Des salariés des magasins et du siège, nous ont informés que des représentants de la direction recherchaient des candidats pour L’UPAE (le syndicat  mis en place par la direction en 2003) en vue des prochaines élections professionnelles, nous recherchons des salariés qui voudraient témoignés.

    Vous pouvez nous contacter (voir rubrique contacter nous) ou laisser vos commentaires, merci d’avance.

    Cordialement la CGT   


  • Camaïeu

    CGT    CFDT   FO

    Fin de conflit amère

     

    L’intersyndicale CGT, CFDT, FO remercie tous les salariés (entrepôt, bureaux, magasins) de leurs soutiens au cours de la grève du 4 janvier au 12 janvier 2011 inclut, nous félicitons l’ensemble des grévistes  qui ont fait preuve d’un courage exemplaire, malgré les menaces est pressions qui pesaient sur leurs  têtes.

    Certe si  les revendications des salariés n’ont put aboutir, cette grève aura permis de dénoncer la politique anti sociale mené par notre direction depuis plusieurs années, une entreprise dont le chiffre d’affaire enseigne est prévu à + 6 % soit 1 Milliard d’euros pour 2010.

    Des salariés qui attendent beaucoup des négociations annuelles obligatoires, pour un partage équitable des richesses de notre entreprise, fruit du travail de tous les salariés, des salariés pauvres et qui pour certains touchent le RSA, ca suffit.

     

    Nos principales revendications sont plus que légitimes :

    • Augmentation de 150 euros net mensuelle pour tous les salariés quels que soient leurs statuts (magasins et siège)
    • 50 intérimaires en CDI à l’entrepôt
    • L’embauche de 100 CDI dans les magasins
    • 14èmemois de salaire
    •  L’arrêt des pressions, discriminations, licenciements et des démissions forcées

     

    Les  politiques nous soutiennent est nous les remercions, CAMAIEU bénéficie de subventions et à bénéficier il y à quelque années d’importantes subventions des collectivités lors de son implantation dans le quartier le plus pauvre de France (trois ponts) , ils seront donc attentifs aux résultats des négociations et à l’effort que feront nos dirigeants et actionnaires vis-à-vis des salariés.

     

    Nous continuerons  à informés les médias et les politiques de l’avancement de ces négociations, et si mécontentement il y à des salariés, que nous représentons, nous prendrons nos responsabilités.

     

    Si enfin vous voulez un réel changement, l’intersyndicale CGT, CFDT, FO, vous appelle à rejoindre leurs listes de candidats (es), en vue des prochaines élections du comité d’entreprise et des délégués du personnel.

     

     

     

    Une intersyndicale CGT, CFDT, FO responsable et engagé vis-à-vis des salariés


  •  

    Camaïeu : fin de conflit et visite surprise de J.-L. Mélenchon

    jeudi 13.01.2011, 05:16 - W. H.

     Thierry Siwik, délégué CGT Camaïeu, et J.-L. Mélenchon. Thierry Siwik, délégué CGT Camaïeu, et J.-L. Mélenchon.

    | ACTUALITÉ SOCIALE |

    La grève a pris fin, hier, chez Camaïeu, avec la signature d'un accord entre la direction et l'intersyndicale CGT-FO-CFDT mettant fin au conflit débuté le 4 janvier. ...

     

    Hier après-midi, à l'union locale CGT, c'était l'heure des comptes, en présence d'un invité-surprise, Jean-Luc Mélenchon. Le leader du Parti de gauche a profité de son passage dans le secteur (il était invité hier soir pour une conférence à l'EDHEC), pour venir soutenir les salariés de Camaïeu.

    À l'heure du bilan, donc, c'est bien l'amertume qui prévaut. Car le résultat obtenu est loin des revendications initiales (150 euros en plus par mois et 100 embauches). Concrètement, les syndicats ont obtenu 5 embauches l'avancée de la date des négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires et la garantie que les salariés ayant participé au blocus de l'entrée de l'entrepôt ne seraient pas sanctionnés. En revanche, pas de cadeau sur les jours de grève, qui seront pris sur les congés ou bien retenus sur les salaires, avec échelonnement sur trois mois.

    Dans ce conflit, on a donc surtout vu une direction à la main de fer, qui ne lâchait rien, et qui a fait en sorte que la pression change de camp. D'abord, en assignant en justice les grévistes ayant bloqué l'entrée et la sortie des camions. Ensuite, en les menaçant de sanctions pouvant aller jusqu'au licenciement. Au final, les syndicats se sont retrouvés à batailler davantage pour éviter ces sanctions que pour obtenir satisfaction sur leurs demandes. Un peu dur à avaler pour des salariés payés en moyenne 1 150 euros par mois, et qui voient leur entreprise distribuer des dizaines de millions d'euros de dividendes.

    Point positif, tout de même : lundi, pour la première fois, certains employés « des bureaux » ont débrayé durant une heure, soutenant ainsi les revendications portées par leurs collègues de l'entrepôt.



     


  • GREVE CHEZ CAMAIEU
     
    LES SALARIES GREVISTES SONT MENACES DE SANCTIONS ET DE PROCEDURES DE LICENCIEMENTS PAR LA DIRECTION, 
    NOUS AVONS BESOINS DE VOTRE SOUTIENS
     
    (vous  pouvez  adresser vos dons  ou   lettre de soutien au SYNDICAT du Commerce à  l'Union  Locale CGT  de Roubaix, 78  rue  de  Belfort 59100 ROUBAIX -  préciser  sur  l'enveloppe   grève CAMAIEU -
    Thierry ou Mickael).
     
    Merci d'avance de votre aide.
     
    ALLEZ VOIR CE LIEN  : http://dai.ly/gI52NW
     
     
     

  • Regarder la REDIFUSSION DE LA TELEVISION :

    http://www.grandlille.tv/

    le 05 janvier 2011

     

    http://nord-pas-de-calais.france3.fr/info/lille-metropole/

    aller voir sur lille metrepole dun 04 janvier 2011

     

    Accueil» Edition Roubaix» Actualité Roubaix»

    Grève chez Camaïeu : « On tiendra jusqu'à obtenir satisfaction »

    • Actualité Roubaix

     

     

    ·Grève chez Camaïeu : « On tiendra jusqu'à obtenir satisfaction »

    • jeudi 06.01.2011, 05:13 - La Voix du Nord
    •  

     

     

     

    • Hier après-midi, sur le piquet de grève qui bloque l'accès à l'entrepôt roubaisien de Camaïeu.

    ·|  ACTUALITÉ SOCIALE |

    • La grève débutée mardi matin, chez Camaïeu à Roubaix, a été reconduite hier. ...
    • Le piquet de grève a été maintenu durant toute la nuit de mardi à mercredi, et il était toujours en place hier après-midi. Sur place, les grévistes se relayent pour barrer la route et interdire ainsi l'accès à l'entrepôt.
    • http://memorix.sdv.fr/5/www.lavoixdunord.fr/infoslocales/roub_articles/1732290973/Position1/SDV_LVDN/default/empty.gif/574b476d47303048716d344142626a71?
    • « On a un stock de pneus, des palettes, tout ce qu'il faut », détaille Thierry Siwik, délégué CGT. Sur place, les grévistes alimentent régulièrement le feu et ont installé une grande tente, signe qu'ils ne sont pas près de lâcher : « On tiendra jusqu'à obtenir satisfaction », confirme Thierry Siwik, au nom de l'intersyndicale CGT-FO-CFDT qui a lancé le mouvement, après déjà plusieurs débrayages opérés ces derniers mois en guise d'avertissement à la direction.
    • Les salariés réclament des augmentations de salaires d'au moins 150 euros par mois, ainsi qu'une centaine d'embauches. Les syndicats ont bien sûr demandé officiellement à être reçus par la direction pour négocier, mais n'avaient pas encore eu de réponse hier après-midi. Elle est arrivée hier soir, sous la forme d'une assignation en justice pour entrave, adressée aux grévistes. Ils devront se présenter au tribunal de Lille ce matin à 11 h.
    • Mais selon la CGT, le nombre de grévistes a augmenté hier, pour atteindre une cinquantaine d'employés de l'entrepôt. Et dans les bureaux ? « On a essayé de les motiver, ils nous soutiennent mais pour eux, c'est visiblement plus difficile de se mettre en grève. » • W. H.

    ROUBAIX / ROUBAIX

    Camaïeu : débrayage avant une grève ?

    Publié le mercredi 27 octobre 2010 à 06h00

    Hier matin, devant les grilles de Camaïeu aux Trois Ponts à Roubaix, des employés mécontents.

     

     

    Hier matin, une petite quarantaine de salariés de l'entreprise roubaisienne Camaïeu a débrayé une heure. Ils demandent des embauches et une augmentation de salaires. Mais les syndicats n'ont pas pu rencontrer le pdg.




    L'intersyndicale (CGT-FO-CFDT) avait déjà appelé à un débrayage voici quelques semaines. Sans grand succès. Hier matin, une petite quarantaine d'employés a répondu à un nouveau débrayage. « On sent un ras-le-bol dans l'entreprise » , assure Sheriff Lebgaa, représentant FO. Un mécontentement qui monte ? « Quand on voit que notre ancien président du directoire, Jean-François Duprez, a touché 23 millions d'euros au titre de la vente de ses stock-options et que les actionnaires se sont attribué 50 millions d'euros de dividendes en 2009, alors que la moyenne des salaires à l'entrepôt est d'environ 1 000 E voire 1 100 E pour des salariés qui ont plus de 15 ans de boîtes, que dire ? », ajoute-t-il. Hier matin devant le siège de Camaïeu, les syndicats ont rappelé leurs revendications : une augmentation de 150 E nets mensuelle pour tous les salariés (magasins et siège), l'embauche de 50 intérimaires en CDI à l'entrepôt et 100 CDI en magasins. Selon les syndicats, l'entreprise embaucherait de manière constante quelque 200 intérimaires, « et même en période basse, il y a des intérimaires », ajoute un salarié. Dans les magasins aussi les syndicats assurent que les effectifs sont réduits. « Et pourtant, Camaïeu ouvre près d'une centaine de boutiques par an contre 5 à 6 fermetures ! », assure Thierry Siwik, secrétaire CGT. Hier, les syndicats n'ont pas pu rencontrer le PDG. Ils ont eu un entretien avec le directeur de l'entrepôt.
    « Mais, si d'ici 15 jours nous n'avons pas de nouvelles de la direction, nous appellerons à la grève », conclut l'intersyndicale.

    http://memorix.sdv.fr/5/www.nordeclair.fr/infoslocales_articles/1843503616/Position1/SDV_LVDN/default/empty.gif/574b476d47303048716d344142626a71?

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique